Saint Jacques de Compostelle

Saint-Jacques-de-Compostelle, capitale de la Galice

Saint-Jacques-de-Compostelle, capitale de la Communauté autonome de Galice au nord-ouest de l’Espagne, est surtout connue pour être l’étape finale du Chemin de Saint-Jacques emprunté chaque année par des milliers de pèlerins.

Le pèlerinage sur la tombe de Jacques, fils de Zébédée, qui fut un des plus importants de la chrétienté au Moyen Âge connait un regain de ferveur depuis la fin du XXe siècle. Faisant de Saint-Jacques-de-Compostelle la principale destination touristique de Galice.

La ville, millénaire, est dotée d’un impressionnant patrimoine architectural et de nombreux palais et églises jalonnent les rues et places de son centre historique classé au patrimoine de l’UNESCO.

Visiter Saint Jacques de Compostelle

Cathédrale de Saint-Jacques-de-Compostelle

Construite à partir de la fin du XIIe siècle sur les vestiges d’anciens temples placés sous le patronage de Saint-Jacques, la Cathédrale de Compostelle surprend par son mélange de styles architecturaux dus à ses nombreuses transformations.

Cathédrale romane à la façade baroque, elle est consacrée à l’apôtre Jacques de Zébédée, saint patron et protecteur de l’Espagne.

Située dans le centre historique de la ville, elle est le but de l’un des pus grands et plus anciens pèlerinages médiévaux européens. Un pèlerinage qui reste encore de nos jours un des plus vivants foyers de dévotion catholique en Europe.

Le musée de la cathédrale : au rez-de-chaussée, la bibliothèque expose des botafumeiros, de vieux encensoirs. La salle capitulaire voisine propose une collection de tapisseries flamandes du XVIIe ainsi que trois tapisseries madrilènes du XVIIe. Le premier étage rassemble des œuvres de Goya, Bayeu ou encore Téniers tandis que le sous-sol est réservé à l’archéologie avec des pièces provenant de fouilles entreprises dans la nef et le transept sud.

Le trésor : installé dans une chapelle gothique dans le bras sud du transept, il est riche de nombreux objets. Parmi ceux-ci, un tympan montrant une figure équestre de Saint-Jacques datant du XIIIe, un ostensoir du XVIe réalisé par Antoine d’Arfa ou encore un petit retable d’albâtre et de bois polychrome d’origine anglaise.

La chapelle des reliques de style plateresque se trouvant à côté conserve la tête de Jacques d’Alphée, évêque de Jérusalem au 1er siècle.

Ouvert tous les jours de 7 h à 20 h 30.

Place Obradoiro

Plus célèbre place de la ville, c’est là que se trouvent les monuments les plus emblématiques de Compostelle. Lieu de rendez-vous, les pèlerins y achèvent leur marche en se recueillant sur la tombe de Saint-Jacques.

On y remarque le Palais de Raxoi, à la fois siège de la municipalité et du gouvernement de Galice dont Saint-Jacques-de-Compostelle est la capitale politique.

Le nord de la place accueille l’Hôpital des Rois Catholiques construit à la fin du XVe siècle par l’architecte Diego de Muros pour soigner les pèlerins qui de plus, pouvaient y rester gratuitement pendant trois jours.

Au sud se trouve le Collège de Saint-Jérôme, bâtiment du XVIIe aussi connu comme sous le nom de Collège des Artistes. Fondé par l’Archevêque Alonso Foncesca il abrite maintenant le rectorat de l’Université de Saint-Jacques.

Musée du Peuple Galicien

Le Museo do Pobo Galego est un musée privé créé en 1976 dans l’ancien couvent dominicain de Bonaval.

Cédé par la mairie de Saint-Jacques à l’association Padroado do Museo do Poblo, le couvent de Bonaval est autant un lieu de visite que le musée lui-même.

Le couvent aurait été fondé en 1219 par un pèlerin, Domingo de Guzmán, même si l’ensemble des bâtiments date de fin XVIIe début XVIIIe. Un impressionnant escalier réalisé par Domingo de Andrade relie le cloître aux étages.

Le musée comprend trois sections : ethnographie, archéologie (préhistoire) et art, répartis dans huit salles d’expositions dont deux sont consacrées aux expositions temporaires. Son exposition permanente reste principalement dédiée à l’ethnographie.

Musée des arts et traditions populaires galiciens très complet, la tradition marine, les petits métiers populaires, les travaux des champs y sont abordés de manière très didactique.

Accès : Couvent San Domingo de Bonaval. Rúa de Bonaval.

Horaires : du mardi au samedi de 10 h 30 à 14 h puis de 16 h 30 à 19 h, le dimanche de 11 h à 14 h.

Parc de Bonaval

Le parc de Santo Domingo est situé sur une colline du barrio San Pedro au nord-est du quartier historique de Compostelle, derrière le couvent de San Domingo qui abrite le musée du Peuple Galicien.

Dessiné par l’architecte portugais Álvaro Siza et la paysagiste Isabel Aguirre, il a été réhabilité et inauguré 1994. D’une surface de 3,7 hectares, il offre des vues intéressantes sur la ville tout en étant proche de son accès traditionnel par le chemin français du pèlerinage, el camino francés.

Ces différents niveaux sont délimités par des murs de schiste. Dans la partie basse ayant appartenu au couvent se trouvait l’ancien jardin des moines. On y remarque une statue de Eduardo Chillida appelée ‘Porte de la musique’.

La deuxième partie hébergeant le vieux cimetière des frères offre un beau panorama sur le quartier historique de la cité. Séparée par ces vieux murs de schiste, une chênaie occupe la troisième partie du parc.

Accès : Cuesta San Domingo, 3. Ouvert de 8 h à 23 h.

Couvent de Santo Domingo

Fondé au XIIIe siècle, ce nom de Santa Domingo lui a été attribué au XVe. Entre style roman et gothique avec sa façade baroque, son église est une des plus grandes de la ville. Le couvent de Santo Domingo, classé monument national depuis 1912, abrite aussi la tombe de la grande écrivaine romantique galicienne Rosalía de Castro.

Accès : Calle Bonaval.

Horaires : du mardi au samedi de 10 h 30 à 14 h puis de 16 h à 19 h 30, le dimanche de 11 h à 14 h. Entrée gratuite, visites guidées.

Musée du Pèlerinage. Museo de las Peregrinaciónes de Santiago

Dédié à l’apôtre Saint-Jacques, huit salles réparties sur trois étages y retracent l’histoire du pèlerinage à Compostelle. Des images, objets et documents expliquent l’origine de cette fervente dévotion populaire qui dure depuis le Moyen-âge ainsi que des différents itinéraires qui composent le pèlerinage.

Accès : Place das Praterías

Ouverture : Tous les jours de 9 h 30 à 20 h 30, à partir de 11 h le samedi et de 10 h 15 à 14 h 45 le dimanche. Fermé jours fériés.

Padrón

En amont de la ría de Arousa formée par l’estuaire des rivières Sar et Ulla, Padrón, à 25 km au sud-est de Saint-Jacques de Compostelle, est réputée pour ses pimientos de Padrón qui se dégustent grillés en agrémentant les tapas de nombreux bars d’Espagne.

Connue dans l’Antiquité et jusqu’au Moyen-âge sous le nom de Iria Flavia, c’est à Padrón que selon la tradition l’apôtre Saint-Jacques aurait prêché pour la première fois à l’ermitage du mont Santiaguino lors de son séjour à Padrón.

La tradition dit aussi que deux de ses disciples auraient rapporté, en sept jours dans une barque de pierre, son corps de Palestine après sa décapitation à Jérusalem.

C’est sous l’autel de l’église paroissiale de Padrón qu’est conservée la pierre à laquelle était arrimée l’embarcation ayant ramené les restes de l’apôtre. C’est cette pierre, el perdrón, qui donna ensuite son nom à la ville.

Accès : par les routes N-550 et AP-9 depuis Saint-Jacques de Compostelle.

Office de Tourisme. Turismo de Padrón

Avenida de Compostela. Horaires : du mardi au samedi de 10 h à 14 h puis de 16 h 15 à 19 h.

Musée-Maison de Rosalía de Castro

Tout en granite, ce musée était la dernière demeure de l’écrivaine galicienne Rosalía de Castro (1847-1885). La Casa de Matanza a été reconstituée comme une demeure rurale de la fin XIXe avec une lareira, cuisinière à bois typique.

Mélangeant à la fois style rural et seigneurial le dernier étage conserve les objets personnels et les souvenirs de l’écrivaine comme si elle y vivait encore.

Ouverture : du mardi au samedi de 10 h à 13 h 30 puis de 16 h à 19 h. Jusqu’à 14 h le matin et 16 h de juillet à septembre. Les dimanches et jours fériés de 10 h à 13 h 30. Entrée : 2 €.

Cap Finisterre

Promontoire de granit surplombant l’océan de ses 600 mètres de hauteur, le cap Finisterre est le point le plus occidental de l’Espagne.

Il s’y pratique une vieille coutume dont l’origine reste incertaine, mais vraisemblablement préchrétienne. Associée à la notion de l’époque de ‘’ fin du monde connu’’, on y brûle chaussures et vêtements. Cette tradition reprise par les pèlerins de Saint-Jacques se perpétue depuis la Moyen-âge.

Le phare du cap a été bâti en 1853. Sa tour mesure 17 mètres de haut et sa lampe, d’une portée de 30 milles nautiques, culmine à 143 mètres du niveau de la mer. Théâtre de plusieurs batailles historiques, malgré le rajout d’une sirène compensant les nombreuses journées de brouillard, plusieurs naufrages ont eu lieu dans ses parages.

L’accident le plus dramatique de ce littoral rocheux appelé la Costa da Morte, la côte de la mort, s’est passé en 1870 avec le naufrage du Capitan Monitor dans lequel périrent 482 personnes.

Terre de légendes et de mystères à une centaine de kilomètres à l’ouest de Compostelle, Finisterre est une pointe se prolongeant dans l’immensité océane et ses splendides couchers de soleil. Les anciens des tribus celtes qui peuplaient les environs du site croyaient qu’à l’ouest des terres connues se trouvait une île offrant une autre vie aux morts. Découvrant un autel dédié à l’astre solaire, les Romains l’appelèrent Ara Solis.

Accès : depuis Compostelle, prendre la AC-546 jusqu’à Fontecada, puis direction Berdoias par la AC-441. Ensuite emprunter la AC-552, passé Lobelos suivre les VG-14 et AC-445.
En bus : depuis La Corogne, 1 bus toutes les 4 heures. Durée : 3 h 50. Prix : de 11 à 16 €.

Depuis Saint-Jacques-de-Compostelle : 4 fois par jour. Durée : 3 h 10. Prix : de 7 à 16 €.

Ría de Muros y Noia

La vallée fluviale immergée de Muros y Noia est une des plus belles ‘rías bajas’ de la Côte de la mort. Coincée entre les Montes de Ruñas et la Sierra de Barbanza, la région, peu urbanisée, compte plusieurs ports de pêche et de vieux villages bâtis à flanc de collines ainsi que des plages.

Muros

Petite cité blottie au pied du mont Louro à 75 kilomètres de Saint-Jacques de Compostelle, sa vieille ville est classée bien d’intérêt culturel.

Le centre historique possède de nombreuses maisons typiques de pêcheurs. Construites en pierres de taille, leurs rez-de-chaussée comportent de vastes galeries en arcade et les étages de grands balcons. Dans un passé pas si lointain, les pêcheurs se retrouvaient sous ces arcades pour réparer leurs filets et saler les poissons.

Parmi ses ruelles anciennes, deux places méritent le détour. Celle de Santa Ana qui arbore un magnifique calvaire datant de 1789 et celle de la Pescadería Vieja qui se caractérise par une étonnante fontaine en pierre et ses nombreuses tavernes. Des gravures préhistoriques ont été découvertes sur plusieurs sites de la commune qui en outre est dotée de 25 km de côtes et de grandes plages.

Accès : par les routes AC-543 et AC-550 depuis Compostelle.

En bus : plusieurs liaisons quotidiennes avec une ligne faisant Saint-Jacques de Compostelle-Noia-Muros.

Noia

Cette petite ville d’environ 15 000 habitants (2008) est aussi appelée ‘Puerto de Compostela’ pour sa proximité et ses liens avec Saint-Jacques. Une légende raconte que Noela, une de filles de Noé, serait venue y vivre après le Déluge. C’est en son honneur que le blason de Noia affiche une Arche de Noé.

Là aussi, la vieille ville, qui comporte plusieurs monuments et édifices de style gothique, est classée bien d’intérêt culturel. Parmi ceux-ci, les églises San Martiño (XVe-XVIe) et celle de Santa María A Nova (XIVe) qui appartient à un style appelé gothique marin. De plus l’église Santa María abrite une très importante collection de plaques corporatives nobiliaires du Moyen-âge et modernes.

Les vestiges de la forteresse de Tapal accompagnés d’anciens remparts médiévaux ornent les hauteurs de la ville qui comportent plusieurs pazos, des vieux manoirs d’origine gothique comme le Pazo Dacosta, le Pazo de los Churrachaos ou celui de la Casa da Xouva.

Accès : par les routes AC-543 et AC-550 depuis Compostelle. En bus : plusieurs liaisons quotidiennes avec une ligne faisant Saint-Jacques de Compostelle-Noia-Muros.



Booking.com

Découvrez les restaurants les mieux notés de chaque quartier, Réservez directement selon vos envies et Bénéficiez d’offres exclusives…

Laissez-vous tenter avec le large choix offert par le site ‘La Fourchette’ spécialiste des réservations et évaluations de restaurants…

Restaurants à Saint Jacques de Compostelle


  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Articles
Séjours
Bilbao  
Vol + Hôtel Explorer
Barcelone  
Vol + Hôtel Explorer
Séville  
Vol + Hôtel Explorer
Circuits
Randonnées au pays basque et Pyrénées

Ici, entre France et Espagne, de splendides randonnées s’ouvrent à vous...

Explorer
Randonnées en Catalogne

Suivez les sentiers de Catalogne avec notre sélection de belles randonnées …

Explorer
Destinations en Galice
Galice  
La Corogne  
Pontevedra  
Scroll Up