Tarfaya

Tarfaya, par la route du Sahara occidental

Depuis Tan Tan l’asphalte déroule son ruban sur 200 km pour joindre Tarfaya. La route suit le littoral au plus près, longeant des plages bordées de falaises parfois impressionnantes.

Tout au long de la route, de nombreux villages de pêcheurs dominent cet océan impétueux. Sans hôtel ni magasin, ces équilibristes de la pêche échangent du poisson contre du ravitaillement, car ils occupent ces campements sommaires durant plusieurs semaines.

A mi parcours, Sidi Akhfenir est une petite bourgade typique du Sahara marocain. Sa plage et les rouleaux déferlant motivent les surfeurs qui viennent y pratiquer leur passe temps favori. La route se prolonge et peu de villages, encore moins d’habitations.

Passé Sidi Akhfenir, la lagune de Naïla dévoile sa beauté sauvage et préservée. Ce site enchanteur est un véritable éden pour les flamants roses, les échassiers et les nombreux oiseaux migrateurs. Il serait le plus grand espace lagunaire du littoral atlantique marocain.

Arriver à Tarfaya

La lagune franchie, la nature change de visage. Avant d’arriver au cap Juby et à Tarfaya, les regs cèdent la place à de vieux lacs salés asséchés, les sebkhas, agréablement entourés de dunes.

Souvent soumise à des vents parfois violents, Tarfaya est fréquemment ensablée. Des moyens sont employés pour lutter contre cette nuisance naturelle.

Minuscule, la ville ne présente pas grand intérêt. Elle reste peu fréquentée par les touristes qui y trouvent généralement seulement quelques services et de rares hébergements.

Depuis la plage, outre les vestiges de la Casa El Mar érigée par les anglais, les îles Canaries, à une centaine de kilomètres, émergent parfois dans les brumes océanes.

Histoire de Tarfaya

Les anglais y construisirent un comptoir commercial en 1882. Les tribus sahraouies qui le revendiquaient, s’en emparèrent en 1885 grâce à l’intervention du Sultan Hassan 1er.

En 1916, à la suite d’un accord franco-espagnol, le cap Juby sera rattaché au Sahara espagnol jusqu’en 1958 et la guerre d’Ifni où il reviendra dans le giron du jeune royaume chérifien.

C’est depuis Tarfaya que près de 350 000 marocains entamèrent la célèbre marche verte, lancée par le roi Hassan II le 6 novembre 1975 dans le but d’annexer ce territoire alors occupé par l’Espagne.

Escale pour l’aéropostale

Tarfaya fut désignée comme escale régionale de l’aéropostale.

Le lieu accueillit Antoine de Saint-Exupéry, aviateur et écrivain, qui prit ses fonctions de 1927 à 1928 en tant que chef d’escale.

Au cours de ces années de quasi solitude, l’écrivain pilote rédigera le célèbre ‘Courrier du sud’. Il accueillera et dépannera les pilotes de la ligne et négociera en 1927 la libération de pilotes détenus par des tribus sahraouies rebelles.

Le musée Antoine de Saint-Exupéry dédié à l’aéropostale fut fondé en 2004 au sein de la Maison de l’initiative. Il propose une série d’images et de documents qui témoignent de l’aventure de l’aéropostale sur la toute première ligne aérienne Toulouse –Saint Louis du Sénégal.

Au sud, d’autres sebkhas

Ce sont des lacs plus ou moins salés formés par l’effet conjugué de pluies et d’un ruissellement rapide dans des zones quasi désertiques. Celles-ci peuvent entraîner la formation d’étendues d’eau dans des dépressions continentales.

Quittant Tarfaya, la route s’écarte des plages atlantiques, traversant encore des ergs dans lesquels des sebkhas, ces sortes de grandes dépressions à font plat, prédominent. Elles offrent des paysages minéraux époustouflants. La plus vaste est celle de Tah, à 30 km au sud de Tarfaya, ses sculptures rocheuses y sont magnifiques.

Encore 100 kilomètres de bitume couramment ensablés par les vents, encombrés parfois de nombreux camions, puis c’est l’arrivée à Laâyoune, le grand centre administratif et économique des Provinces Sahariennes.

Le plus grand parc éolien d’Afrique, serait à Tarfaya

Le plus grand parc éolien d’Afrique, dont l’installation avait démarré en début d’année 2013, a été mis en service début décembre 2014 à Tarfaya.

Mis en œuvre par la société marocaine Nareva Holding, en partenariat avec GDF Suez, le parc s’étend sur 8 900 ha pour un investissement avoisinant les 5 milliards de dirhams (450 millions €).

Avec puissance de 301 mégawatts (MW), le parc éolien de Tarfaya devrait fournir en électricité 1,5 million de foyers, et ainsi, éviter l’émission de 900.000 tonnes de CO² par an.

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Villes
Grand Sud marocain  
Laâyoune  
Dakhla  
Hotels
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Imperial Playa Hotel

Dakhla – À partir de 25 €

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Hotel Salwan

Laayoune – À partir de 29€

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Hôtel Equinox

Tan Tan – À partir de 30 €

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Résidence Sahel

Dakhla – À partir de 35 €

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Hotel Parador

Laayoune – À partir de 77 €

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Kasba TanTan

Tan Tan – À partir de 60 €

Séjours
Agadir  
Vol + Hôtel Explorer
Essaouira  
Vol + Hôtel Explorer
Marrakech  
Vol + Hôtel Explorer
Circuits
Randonnées en montagne

Les sentiers de l’Atlas offrent d’extraordinaires paysages et cultures…

Explorer
Circuits dans le désert

À pied ou à dromadaire, partez à la découverte du désert marocain…

Explorer
Autotours

En voiture de location, parcourez les routes marocaines avec votre road book…

Explorer
Voyages organisés

Laissez-vous guider avec notre sélection de voyages organisés au Maroc…

Explorer
Scroll Up