Sijilmassa

Sijilmassa, histoire d’une cité mythique

De la cité marchande de Sijilmassa construite dans la deuxième moitié du 8e siècle à l’époque de Pépin le Bref, il ne reste que des vestiges d’imposants murs en pisé témoignant encore de sa gloire passée.

Des ruines que les amateurs d’archéologie et d’histoire iront contempler à côté de Rissani dans le Sud-est marocain à une centaine de kilomètres au sud de la ville d’Er-Rachidia et à 40 km au nord de Merzouga et de l’erg Chebbi.

Capitale spirituelle

Fondée par la tribu Zénète des Miknassa de rite khadijste sous lé férule de Wassoul al Miknassi, outre sa vocation commerciale qui la fera rivaliser avec Fès et les autres grandes cités du Maghreb, Sijilmassa deviendra la capitale d’un émirat khadijiste et sofriste, juste après la révolte berbère (739-743) dirigée contre les conquérants arabes inféodés au califat Omeyyade de Damas.

Assez austère, ce mouvement naquit de l’éclatement entre chiites et sunnites. Les kharidjistes sont à la fois contre le principe chiite qui désigne les dirigeants de l’Islam uniquement au sein de la famille du Prophète, et contre les sunnites, qu’ils considéraient décadents et corrompus. Refusant luxe et superflu, leurs dirigeants étaient choisis pour leurs vertus et se soumettaient à une vie ascétique.

Cité marchande présaharienne

Sijilmassa sut profiter pleinement de sa position géographique sur la piste du Bidan al Sudan (Afrique sahélienne allant du Sénégal à l’actuel Soudan) qui en faisait un point de ravitaillement essentiel des caravanes. Ainsi les échanges commerciaux, l’or, l’ivoire, le sel, l’artisanat local et aussi, bien malheureusement, les esclaves, s’avérèrent prolifiques et lui assurèrent autant une grande richesse qu’une grande renommée. Participant à cette richesse, l’oued Ziz irriguait la vallée du Tafilalet et participait au développement des cultures agricoles de la région.

Constituant un centre important pour les tribus berbères Zénètes, au temps de sa splendeur, Sijilmassa était composée de 600 kasbah formant autant de quartiers. Le kasbah principale abritait le palais de l’Émir, la grande mosquée, un atelier de frappe monétaire ainsi qu’un important marché de négoces. Certains commerçants venaient de loin, Égypte, Irak.

Une communauté Zénète soudée

Au début du 10e siècle, l’assouplissement du sofrisme conduira les autorités de Sijilamassa à reconnaître l’autorité spirituelle du califat sunnite abbasside de Bagdad. La ville deviendra alors très cosmopolite attirant de nombreux voyageurs et commerçants. Répandant cette renommée, le grand voyageur marocain Ibn Battûta (1304-1377) affirmera avoir rencontré lors de ses pérégrinations des commerçants sijilmassiens dans la Chine mongole des Yuan.

Ibn Hawqual, un éminent géographe arabe du 10e siècle, qui voyagea dans tout le Maghreb et au-delà, en fit cette description lors de son passage:

« Sijilmassa ressemble à Kairouan par la salubrité du climat et le voisinage du désert. Il y a en outre un commerce ininterrompu entre cette ville et le pays des Noirs et d’autres contrées, ce qui assure des gains abondants à l’aide des caravanes commerciales continuelles, avec la maîtrise des activités et un souci de perfection dans la méthode et les affaires.»

Dans sa description de la cité du désert, il décrit le fonctionnement de la ville et montre la solidarité qui animait la population : «… ils agissent avec correction et leur zèle à accomplir de bonnes œuvres est courant. Ils montrent une tendance pieuse et chevaleresque à s’entraider : même si il y a des haines et des rancunes anciennes, ils se réconcilient en cas de besoin et rejettent toute dissension dans un sentiment de magnanimité et de tolérance».

Sijilmassa et les alaouites

Sijilmassa fut aussi en quelque sorte, le berceau de la dynastie alaouite puisqu’au milieu du 13e siècle, le chérif Hassan al Qasim surnommé ‘’al-Dakhil’’, le premier arrivant, vint s’installer dans le Tafilalet. On sait peu de choses sur le doyen de la dynastie.

Il était venu dans la région de Sijilmassa à la demande des habitants qui venaient de subir une grande sécheresse. Comme Hassan al Qasim était considéré comme un homme très pieux, les gens espéraient que sa présence leur porterait chance et les délivrerait de cette aridité catastrophique les menant tout droit à la famine.

Finalement, la dynastie régnante alaouite, dont le roi Mohammed VI est le descendant, sera fondée par Moulay al Rachid au 17e siècle.

Un lent déclin

Devenue une opulente cité commerçante, son ouverture politique et économique avec d’autres contrées plus ou moins lointaines suscita bien des convoitises et des controverses et différents sultans des provinces du Royaume du Maroc tentèrent à abattre sa puissance et la conquérir.

Foyer religieux et centre important des Berbères Zénètes, Sijilmassa sera finalement conquise par les Almoravides vers 1055 et continuera à développer une activité commerciale de premier plan jusqu’au 15e siècle avant de perdre peu à peu son influence dans le Sud marocain au profit de Marrakech.

Sijilmassa sera finalement rasée par les tribus berbères de la puissante confédération Aït Atta en 1818 sous le règne du sultan alaouite Moulay Slimane.

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Villes
Rissani  
Erfoud  
Merzouga  
Hotels
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Maison Adrar Merzouga

Merzouga – À partir de 3 €

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Riad Kemkem

Merzouga – À partir de 25 €

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Kasbah Azalay Merzouga

Merzouga – À partir de 35 €

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
L’Homme du Désert

Merzouga – À partir de 35 €

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Riad Nezha

Merzouga – À partir de 35 €

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Riad Ouzine

Merzouga – À partir de 40 €

Séjours
Agadir  
Vol + Hôtel Explorer
Marrakech  
Vol + Hôtel Explorer
Essaouira  
Vol + Hôtel Explorer
Circuits
Randonnées en montagne

Les sentiers de l’Atlas offrent d’extraordinaires paysages et cultures…

Explorer
Circuits dans le désert

À pied ou à dromadaire, partez à la découverte du désert marocain…

Explorer
Autotours

En voiture de location, parcourez les routes marocaines avec votre road book…

Explorer
Voyages organisés

Laissez-vous guider avec notre sélection de voyages organisés au Maroc…

Explorer
Scroll Up