Séisme d’Agadir

Agadir, le 29 février 1960, 23 h 45…

Avec une magnitude de 5,6 sur l’échelle de Richter qui compte 9 niveaux, ce terrible séisme est survenu en pleine nuit le 29 février 1960 à 23 h 45.

Il frappa Agadir, se révéla d’une intensité relativement faible au vu des dégâts considérables tant humain que matériel qu’il engendra.

Il restera dans l’histoire du Maroc le tremblement de terre le plus meurtrier du XXème siècle, détruisant complètement ou presque les quartiers situés au nord de l’oued Tidli.

Ensevelissant sous ses décombres à certains endroits plus de 90 % des habitants, faisant une quinzaine de milliers de victimes, soit environ 30 % de la population et autant de blessés, laissant une ville florissante exsangue et à jamais des cicatrices irréparables dans de nombreuses vies et mémoires.

Les raisons dévastatrices du tremblement de terre

Plusieurs causes expliqueraient ces dommages, l’Agadir d’autrefois étant entre autres bâtie sur une des principales failles sismiques du Maroc.

Faille volcano-tectonique nommée sud-atlasique qui s’étendrait dans tout le Sud marocain de la région de Figuig dans le sud-est jusqu’aux volcaniques Iles Canaries en passant par Agadir, déjà détruite par un fait similaire en 1731.

Une autre cause serait qu’Agadir se trouvait directement sur l’épicentre du séisme qui creusa un sillon dévastateur horizontal, allant du nord au sud sur plusieurs kilomètres en suivant plus ou moins la faille géologique qui borde le lit nord de l’oued Tidli et qui se jette dans la baie d’Agadir.

À cela s’ajoute l’activité du foyer sismique dont l’épicentre peut se trouver à plusieurs dizaines de kilomètres de profondeur, à priori 3 ou 4 dans le cas d’Agadir, amplifiant ainsi l’effet dévastateur qui agit tant horizontalement que verticalement en développant de nombreuses ondes sismiques.

Les premières secousses

Il y eut deux secousses annonciatrices, l’une faible le 23 février une semaine avant ce terrible événement puis la deuxième, plus intense, une douzaine d’heures avant le cataclysme, qui lézarda murs et façades de nombreux bâtiments. Et survint en pleine nuit à 23 h 45 ce séisme meurtrier qui ne dura qu’une interminable poignée de secondes.

Un quartier traditionnel et fragile à côté de constructions modernes et plus solides

Il faut aussi préciser que les quartiers au nord de l’oued, la kasbah, surplombant majestueusement la ville, Talborjt, Yachech qui se trouvaient le long de cette faille géologique bordant l’oued Tidli puis, Founti, étaient des lieux aux constructions traditionnelles et fragiles, favorisant ainsi leur destruction massive.

Alors qu’à l’inverse, l’ancienne ville nouvelle construite au sud de l’oued, le long de la côte, avec des bâtiments conçus en matériaux modernes, plus résistants, ne subit que 60 % de destruction. Les environs proches de la ville hors de ce sillon tragique n’endurèrent que peu de dommages. Les secousses, déjà moins fortes à Inezgane (12 km) ont été néanmoins perçues jusqu’à Taroudant et Essaouira, encore plus faiblement à Casablanca ou Marrakech.

Les secours s’organisent

Au petit matin de ce funeste 29 février 1960 dès la triste nouvelle connue de tous, la solidarité et les secours s’organisèrent très vite.

Une cellule de crise fut très rapidement réunie par feu Sa Majesté Mohammed V afin de créer une commission de reconstruction qui sera confiée au Prince Héritier Moulay Hassan.

Sous son égide, il fut décidé que la nouvelle Agadir serait rebâtie, sous la conduite d’architectes français, deux kilomètres plus au sud de la faille géologique de l’oued Tidli, délaissant les quartiers les plus touchés situés au nord de l’oued ; la kasbah, Yachech, Founti devenant ainsi zones non constructibles.

Les marines françaises et néerlandaises, le port ayant été relativement épargné, se joignirent rapidement, dans un grand élan solidaire aux secours de populations rudement éprouvées.

Des fosses communes furent creusées sur la route de Benzergao et à Anza, puis deux jours plus tard, une fois les derniers survivants secourus, le douar de Yachech, pratiquement détruit, fut recouvert de chaux vive afin d’éviter, la chaleur aidant, tous risques de proliférations épidémiques, et la ville fut évacuée.

La renaissance d’Agadir

La première pierre de la nouvelle ville fut posée le 30 juin 1960 alors que les déblaiements du sinistre étaient juste entrepris, découvrant un grand nombre de cadavres dans les décombres et les ruines.

Puis renaissant de ses cendres, Agadir s’est rebâtie, développée tout en conservant son identité portuaire, maritime et touristique. Un nouveau centre-ville a vu le jour, avec de belles et grandes avenues, dotées de magasins, de services et d’infrastructures hôtelières modernes.

Attenant au sympathique Jardin Olhão un musée a été conçu à la mémoire de ce dramatique évènement et de toutes ses victimes. Aujourd’hui, la capitale du Souss est devenue une cité balnéaire florissante, dotée d’un port aux infrastructures modernes, un des plus performants du Maroc.

Sa marina, sa longue promenade en bordure de mer, sa plage de sable blanc, ses sports nautiques en font une destination et une station privilégiée, une des plus prisées, et une ville par ailleurs, de par son aéroport, résolument tournée vers l’international.

Reportage d’époque


Diaporama

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Villes
Agadir  
Vallée du Souss  
Anti Atlas  
Hotels
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Agadir Beach Club

Agadir – À partir de 70 €

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Résidence Hôtelière Fleurie

Agadir – À partir de 27 €

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Palais Des Roses Hôtel & Thalasso

Agadir – À partir de 47 €

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Sunset Surfhouse Morocco

Agadir – À partir de 30 €

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Hôtel Tildi & Spa

Agadir – À partir de 35 €

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Mogador Al Madina

Agadir – À partir de 36 €

Séjours
Agadir  
Vol + Hôtel Explorer
Essaouira  
Vol + Hôtel Explorer
Marrakech  
Vol + Hôtel Explorer
Circuits
Voyages organisés

Laissez-vous guider avec notre sélection de voyages organisés au Maroc…

Explorer
Autotours

En voiture de location, parcourez les routes marocaines avec votre road book…

Explorer
Circuits dans le désert

À pied ou à dromadaire, partez à la découverte du désert marocain…

Explorer
Randonnées en montagne

Les sentiers de l’Atlas offrent d’extraordinaires paysages et cultures…

Explorer
Scroll Up