Flore et faune du Todra

Une flore riche et variée au Maroc

Avec une biodiversité dense et variée, la vallée du Todra nourrit un écosystème multiple résultant de particularités géologiques et géographiques propres à cette région du Haut-Atlas.

La flore du Todra se distingue en deux catégories bien distinctes

La flore sauvage: elle est présente, tapissée sur les montagnes environnantes de la vallée, éparpillée le long des hamadas et aux alentours proches de la palmeraie. Elle constitue une végétation endémique de cette zone qui se caractérise par un renouvellement et une reconstitution rapide à la suite de périodes pluvieuses aussi courtes soient-elles.

On y trouve des herbacés résistants aux changements climatiques, de formes discontinues selon le type de sol. Cette flore se présente sous l’aspect de quelques touffes, d’arbres isolés tels le jujubier, le goumier, parmi une herbe éphémère et une végétation steppique telle, le chou-fleur, le pois chiche sauvage, la camomille romaine…

La flore oasienne

Si la flore sauvage est en général de forme sélectionnée, herbacés, arbustes, l’oasis quant à elle avec son climat plus humide, présente un espace à sol épais et varié. Ainsi la palmeraie du Todra est un espace au tapis végétal riche et abondant où foisonnent palmiers dattiers et oliviers notamment, arbres robustes tout le long du cours de la rivière Todra.

Les arbres et plantes

Le dattier est d’une importance alimentaire exceptionnelle pour chacun et la qualité et la variété des dattes sont connues bien au-delàs de la vallée du Todra. On peut citer, les dattes fagous, assori, noussabssa et ahfsa.

L’olivier au sein de la palmeraie est l’arbre dominant, bien connu pour ses valeurs nutritives, cosmétiques et préventives. Lors de sa récolte, la majorité de la population y trouve une possibilité de travail. Les grignons sont utiles tant pour le fourrage que pour le chauffage.

L’arboriculture est bien présente et il existe une grande diversité d’arbres fruitiers. Les espèces les plus représentées sont le figuier, l’abricotier, la vigne, le pêcher, l’amandier, le noyer, le grenadier…

Les arbustes non fruitiers, bien présent le long des rives et qui poussent spontanément, sont le rosier, le laurier rose, l’églantier et le cannissier ainsi que les roseaux qui amortissent l’impact de certaine crues. On peut citer aussi le peuplier et le tamaris qui sont utilisés pour la menuiserie et la teinture.

En général, la flore oasienne comporte des plantes alimentaires et fourragères telle la luzerne, la fève, les céréales et autres plantes médicinales et toxiques. Sous les arbres et au voisinage, on distingue des cultures de maïs, de blé, d’orge, de coriandre et de céleri. En fonction des possibilités d’irrigation, on peut trouver des carottes, melons, pastèques et autres.

La faune dans les airs

La palmeraie héberge et abrite un grand nombre d’espèces nicheuses du fait de la rareté des formations arborées dans les milieux arides environnants et de l’hétérogénéité de la végétation.

Ainsi, la caille, le rollier, la huppe, la mésange, la charbonnière y nichent régulièrement. Pour les autres espèces, qu’elles soient sédentaires ou simplement venues hivernées, les plus remarquables d’entre elles sont ; l’outarde herbera, les gangas, le guêpier de Perse, l’hirondelle du désert, le traquet, l’alouette…

Enfin, on aperçoit parfois le corbeau brun. Quant à l’aigle royal, il est si rare qu’il semble avoir disparu. Il faut ajouter tous les oiseaux migrateurs qui survolent la vallée tel le pigeon biset, la perdrix, la fauvette et l’hirondelle ainsi que les oiseaux nocturnes comme le hibou ou ce mammifère volant qu’est la chauve-souris. Les faibles densités et variétés qui marquent le couvert végétal en dehors de la palmeraie, s’impose aussi à la faune.

Sur terre

La relativité ou rareté de nourriture oblige celle-ci à une recherche active, donnant tout son caractère erratique à cette même faune. Les invertébrés les mieux adaptés au milieu aride sont les scorpions, les araignées, toutes sortes d’arachnides, les acariens…Les reptiles sont les plus variés et les mieux adaptés au milieu. On y rencontre des lézards, des serpents comme les couleuvres, les vipères, les cobras d’Egypte. Quant au hérisson d’Algérie, c’est le seul mammifère insectivore qui caractérise la zone.

Et dans l’eau…

Dans les cours d’eau, on recense, truites, carpes et barbeaux. Si le couvert végétal est dépendant de trois facteurs, l’eau, la terre et la chaleur, l’animal, lui se familiarise avec le milieu qui lui fournit nourriture et eau.

Il supporte le froid excessif et les chaleurs intenses. Cette faune est exposée au risque de sa lente raréfaction en l’absence de sérieuses mesures de protection et de conservation. Tinghir est connue pourtant comme une région résistant à la dégradation.

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Villes
Tinghir  
Vallée du Todra  
Haut Atlas  
Hotels
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Retour Au Calme

Tinghir – À partir de 8 €

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Auberge Cavaliers

Tinghir – À partir de 10 €

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Auberge Chez Aissa

Tinghir – À partir de 11 €

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Hôtel Azul

Tinghir – À partir de 9 €

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Hôtel Camping Le Lac

Tinghir – À partir de 10 €

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Le Ciel Bleu

Tinghir – À partir de 15 €

Séjours
Agadir  
Vol + Hôtel Explorer
Marrakech  
Vol + Hôtel Explorer
Essaouira  
Vol + Hôtel Explorer
Circuits
Voyages organisés

Laissez-vous guider avec notre sélection de voyages organisés au Maroc…

Explorer
Autotours

En voiture de location, parcourez les routes marocaines avec votre road book…

Explorer
Circuits dans le désert

À pied ou à dromadaire, partez à la découverte du désert marocain…

Explorer
Randonnées en montagne

Les sentiers de l’Atlas offrent d’extraordinaires paysages et cultures…

Explorer
Scroll Up